Thonon-les-Bains

Un nouveau projet pour le Musée de Thonon

/ Grands projets / / Un nouveau projet pour le Musée de Thonon

Lundi 21 février 2022, le vote du conseil municipal a été sollicité pour la validation du projet scientifique et culturel (PSC) du musée de Thonon au château de Rives. Le PSC définit l’identité du futur musée. C’est un document validé par la Ville de Thonon-les-Bains et le ministère de la Culture.

Présentation du musée de Thonon

Le musée du Chablais est la plus ancienne structure culturelle de Thonon. Il a été créé en 1863. Il est depuis 2003, « musée de France », une appellation gérée par le ministère de la Culture qui garantit un niveau de qualité des collections, mais aussi de leur gestion et de leur valorisation auprès du public. Voir l'image en grand

Le musée conserve ans ses réserves plus de 10 400 objets. Il s’agit d’un musée généraliste avec des collections variées. Présent dans la cave du château de Sonnaz depuis 1953, le musée est fortement contraint tant dans ses missions de conservation que d’accueil du public.

Consciente de la situation, la municipalité souhaite relocaliser le usée et en faire un nouvel atout pour le territoire.

Le musée, qui sera désormais appelé musée de Thonon, intégrera le château de Rives. Il proposera un concept original de musée évolutif, avec des rotations régulières de ses expositions. Profitant d’une situation exceptionnelle, l’expérience de visite sera essentielle tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Enfin, le musée sera en prise avec son territoire, ouvert à son environnement et à la société contemporaine.

Ce nouvel équipement sera un levier du rayonnement et de l’attractivité de la ville. Il s’inscrit dans une démarche de requalification du quartier de Rives, tête de pont touristique du territoire communal. Il est, en outre, l’occasion de réhabiliter le château, pour rendre aux Thononais cet élément patrimonial fort.

Les collections Les points forts des collections se définissent en six grands axes :

  • L’archéologie en Chablais
  • Un précieux fonds Ier Empire
  • Le Léman : peintures, estampes
  • Les artistes en Chablais : commandes et ateliers
  • La sociologie locale avec une importante collection de portraits XVIIIe – XXe siècle
  • L’ethnographie locale

Dans l’avenir, ces collections dialogueront avec des oeuvres d’art contemporain. Celles-ci seront mises en dépôt grâce à des partenariats avec des institutions publiques ou privées.

Le musée et ses visiteurs

En tant que musée de France, le musée du Chablais porte une attention toute particulière à ses visiteurs. Avec la création du service des publics en 2011, des actions ciblées ont permis de toucher plusieurs catégories de visiteurs : scolaires, familles, publics en situation de handicap ou publics éloignés de la Culture.

Voir l'image en grand

Des thèmes d’exposition originaux bénéficiant de scénographies variées ont valorisé les collections auprès des publics : l’archéologie romaine, la grande guerre, les estampes lémaniques, les couleurs ou encore l’apocalypse ont marqué nos visiteurs ces dernières années.

Voir l'image en grand

De nombreuses animations sont organisées tout au long de l’année et notamment lors des grands événements comme la nuit des musées ou les journées du patrimoine. Ateliers créatifs, visite en LSF, danse, théâtre, musique, reconstitution historique mais aussi cuisine et même yoga ont incité les publics à se rendre au musée.

Voir l'image en grand

Pour les publics ne pouvant se déplacer, l’équipe organise des animations hors-les-murs, notamment dans les crèches et les foyers de personnes âgées.

Voir l'image en grand

Une très belle dynamique malgré les contraintes actuelles du musée.

Un bâtiment inadapté pour les oeuvres et pour le public

Le musée est situé depuis 1953 dans les caves voûtées du château de Sonnaz, inadaptées à l’exposition et à l’accueil du public.


Le parcours du musée s’étend sur 200 m² (100 m² d’exposition permanente + 100 m² d’exposition temporaire). 1,3% seulement des collections est exposé en permanence et le développement des cénographies d’exposition demeure toujours un exploit créatif et technique ! L’accueil des groupes est compliqué sans compter que l’accès au musée, par un escalier historique raide et périlleux, ne répond pas aux normes d’accessibilité.

Les conditions de conservation sont mauvaises avec des problèmes récurrents d’humidité. Des infiltrations importantes en 2017 ont même entraîné la corrosion de sculptures de Marguerite Peltzer et la fermeture de la salle éponyme. Seules les salles d’exposition temporaire offrent un climat adapté, au prix d’une maintenance quotidienne de l’équipe des musées, condition sine qua non pour obtenir des prêts d’autres institutions muséales. Par ailleurs, les lieux de réserve sont également inadaptés : nombreux et ne répondant pas aux normes de conservation préventive.


► De 2009 à 2019, les moyens physiques, humains et financiers du musée ont été utilisés jusqu’à leur potentiel maximal pour proposer des expositions de plus en plus qualitatives et pour fidéliser le public. La cave du château de Sonnaz est désormais un frein au développement de l’activité et de la fréquentation.
► La municipalité actuelle ayant pleinement conscience de ces problèmes a lancé un projet de redéploiement des collections dans un nouveau site, le château de Rives. La première étape de ce projet consiste en la rédaction du projet scientifique et culturel (PSC).

Le PSC : qu’est-ce que c’est ?

Le PSC est le premier document opérationnel et stratégique qui définit l’identité et les orientations du musée.

Ce document est validé par le conseil municipal et par le service des musées de France (ministère de la Culture). Il constitue une référence et un engagement entre l’Etat et la Ville de Thonon. Il est par ailleurs obligatoire pour l’obtention d’une subvention d’Etat. Le PSC, une fois validé, devient la feuille de route des équipes en charge du projet. C’est pourquoi tous les aspects de la vie du musée sont traités : bâtiments (musée et réserves), parcours de visite, conservation, gestion des collections, médiation, communication mais aussi moyens humains et financiers.


Le travail sur le PSC a duré un an de janvier 2021 à février 2022.

Les objectifs de ce travail étaient de :

  • proposer une expérience de visite singulière et une mise en exposition dont les qualités scientifiques et esthétiques correspondent aux standards actuels des musées
  • valoriser les collections anciennes et intégrer la dimension art contemporain,
  • accueillir dans des conditions optimales les publics et notamment les personnes en situation de handicap
  • faire rayonner le musée et par ce biais la ville de Thonon.


La réflexion autour du concept du futur musée a été accompagnée par l’agence d’ingénierie culturelle Lamaya (Paris), assistant à maîtrise d’ouvrage pour la co-rédaction du PSC en lien avec la responsable des musées. Le comité de pilotage, présidé par Monsieur le Maire, était constitué notamment de représentants du ministère de la Culture et des professionnels des musées de France. Au cours du processus de conception, de nombreux acteurs de la Culture, des musées et du territoire, en France et en Suisse, ont été consultés ou ont participé à des ateliers de réflexion.

Le concept du musée en 8 points

Le PSC est le premier document opérationnel et stratégique qui définit l’identité et les orientations du musée.

  1. Audacieux, décloisonné, innovant : le musée propose des approches originales et un regard décalé, une forme de transversalité dans ses thèmes comme dans ses présentations en s’affranchissant des catégorisations historiques, esthétiques et matérielles.

  2. Ouvert à l’art contemporain : l’art contemporain est pleinement inscrit dans l’ADN du musée, en dialogue avec les collections historiques grâce à des dépôts, prêts ou commandes à des artistes. C’est ce dialogue qui crée la singularité du futur musée.

  3. Evolutif : grâce à ses expositions thématiques renouvelables, le musée réactualise régulièrement son propos. Ce parti-pris lui permet de se réinventer pour rester en phase avec l’actualité sociétale et scientifique ainsi qu’avec les attentes et les interrogations des publics.

  4. Participatif : pensé pour et avec ses publics grâce à des actions de collecte, de co-construction et des espaces d’expression et de discussion physiques ou virtuels avec les visiteurs et les populations.

  5. Accueillant et accessible : accessible, confortable et convivial dans ses espaces, dans sa programmation et dans ses contenus, le musée sait aussi sortir de ses murs pour se déployer à l’extérieur.

  6. En prise avec son territoire : Il collecte et présente l’art et l’histoire de son territoire et les réinterroge à la lumière des grands enjeux contemporains.

  7. Musée, château et jardin : il s’insère de façon respectueuse dans le bâtiment historique tout en en proposant une nouvelle lecture grâce à la création de parcours, de points de vue intérieurs et extérieurs. Le musée est aussi l’occasion de découvrir un monument méconnu.

  8. Respectueux de son environnement : bien intégré dans son quartier et dans son écosystème, le musée met en valeur les acteurs et les productions locaux et les circuits courts.

Une expérience de visite en lien avec le paysage

L’expérience de visite du futur musée sera fortement marquée par la dimension paysagère, qui favorise la contemplation et le bien-être.

Avec ses petites maisons qui s’égrènent le long des coteaux reliant ville haute et ville basse, le quartier de Rives jouit d’une ambiance particulière, héritée de son passé de village de pêcheurs. Il offre de splendides points de vue sur le lac et sur la rive suisse, visibles aussi bien depuis le funiculaire ou les quais que depuis
l’intérieur du château. Le jardin du château constitue autant de possibilités de découverte et de délassement, en prise directe avec le lac.

À une échelle plus large, le musée s’inscrit dans un vaste paysage de montagnes, valorisé par le Géoparc Unesco Chablais, qui constitue une autre merveille naturelle du territoire.

Il conviendra de tirer pleinement parti des atouts du bâtiment et du site :

  • créer une promenade, plutôt qu’un simple parcours, grâce à la mise en valeur des jardins et la création de points de vue et de perspectives intérieures et extérieures ;
  • faciliter les cheminements par la mise en place d’une signalétique ad hoc et des aménagements permettant l’accessibilité pour tous les publics ;
  • installer régulièrement à l’intérieur et à l’extérieur des éléments scénographiques et des mobiliers permettant de s’arrêter et de profiter du panorama ;
  • exposer des oeuvres en extérieur pour interpeler et donner une identité au lieu (jardin de sculptures) ;
  • intégrer dans le musée et dans le jardin des espaces de pause, de pique-nique ou de jeu pour en faire un lieu vivant, accueillant et bienveillant.

Le musée se veut ouvert au plus grand nombre et accessible. Il proposera des actions diversifiées et participatives tout au long de l’année et sera pleinement intégré aux temps forts de la Ville. Il sera doté d’une amplitude d’ouverture plus large, d’une offre de boutique et d’un espace de restauration alimentaire conçus comme parties intégrantes de l’expérience de visite, proportionnels aux surfaces et à la qualité visuelle des espaces muséographiques.

Un musée évolutif

Un des risques qui pèse sur les musées aujourd’hui est de s’enfermer dans des thèmes et des visions figés qui peuvent rapidement paraître en décalage avec le vécu des populations et les enjeux culturels, sociaux et économiques auxquels ils font face. En effet les territoires, comme les publics, sont des
réalités complexes, changeantes, en perpétuelle redéfinition.

Pour cette raison, le musée propose de consacrer ses espaces d’exposition à des présentations thématiques renouvelables. Ainsi le musée disposera de 4 plateaux d’exposition de 150 à 200 m² chacun, qui feront l’objet d’un renouvellement annuel : chaque année un des 4 plateaux sera changé, ce qui permettra un renouvellement complet du parcours tous les 5 ans.

En plus de ces espaces intérieurs, le jardin est considéré comme un espace d’exposition supplémentaire. Ce parti-pris est préférable au principe plus classique d’un parcours permanent et d’expositions temporaires, afin de faire du musée un lieu vivant et toujours en évolution. Le futur musée se veut innovant, audacieux, en lien avec la société. Il se veut participatif et accessible à tous.

En outre, il cherchera à faire dialoguer art contemporain et collections anciennes. Il est proposé de répondre à ces enjeux en abordant des sujets de société selon différents prismes qui mobilisent nos contemporains, en proposant des approches muséographiques novatrices ou des expériences artistiques originales.

Les quatre thèmes retenus pour l’ouverture du musée sont les suivants :

► Thème 1 : Dialogue avec Marguerite Peltzer


A l’issue de l’étude sur le fonds Peltzer, le potentiel de cette artiste a été identifié et il revient à la Ville de Thonon-les-Bains, reconnue comme son ayant-droit, de promouvoir son travail. Par ailleurs, le sujet de la création féminine à travers les siècles est une préoccupation d’actualité. Le musée de Thonon-les- Bains propose de répondre à ces enjeux avec une exposition « dialogue » : d’une part les sculptures de Marguerite Peltzer et d’autre part l’oeuvre d’une artiste femme contemporaine qui s’interroge sur le corps féminin.

L’identification de cette artiste et des oeuvres se fera au cours de la définition du programme muséographique. Des noms tels que Niki de Saint-Phalle, Orlan ou Louise Bourgeois viennent spontanément à l’esprit mais de nombreuses autres artistes travaillent également le sujet. Comme l’expérience Contrepoint au Louvre, cette proposition de dialogue entre Marguerite Peltzer et une autre artiste peut devenir un cycle. En outre, une approche tactile de certaines sculptures fac-similées de Marguerite Peltzer compléterait le parcours.

Voir l'image en grand

►Thème 2 : Paysages et contemplation


Le musée au château de Rives se veut un musée promenade en référence au site exceptionnel qu’il occupe au bord du lac Léman. Les paysages lémaniques de la collection inviteront à la promenade intérieure et seront une mise en abyme des points de vue extérieurs. Dans la lignée du rapport sur les musées du XXIe siècle, nous quittons le regard de l’historien de l’art pour proposer un questionnement autour de l’homme et de son rapport à la nature.

De Rousseau, si important aux bords du Léman, aux pratiques de développement personnel actuelles (yoga, sophrologie, méditation…), le lien de l’homme à la nature et à sa nature est interrogé. Un voyage philosophique et méditatif dans la continuité des nouvelles expériences muséales (ex au Louvre Lens : séance Respirer au musée).

Voir l'image en grand

► Thème 3 : Exposition participative autour de personnalités thononaises


Une expérience participative doublée d’une exploration des collections. Il s’agit de proposer à divers groupes constitués de Thonon (associations, classes, maisons de quartier…) d’adopter une personnalité historique de Thonon ou du Chablais. Le projet intègre pour les groupes en question des recherche sur la personnalité, la rédaction d’une courte biographie, la sélection d’objets des collections qui illustrent ce personnage.

Tout ce travail se fera en lien avec l’équipe des musées. Le résultat sera une galerie de portraits composites, illustrant un pan de d’histoire ancienne ou récente, mettant en avant une personnalité, un héros militaire ou un héros du quotidien ou encore des figures anonymes (ex : le potier romain de Thonon, le paysan de la vallée d’Abondance...). Une manière pour les publics de s’approprier le musée, ses collections et l’histoire qu’elles racontent.

Voir l'image en grand

Thème 4 : Le Chablais, terre de passage, de frontière, d’influences

Au coeur de l’Europe, le Chablais est un territoire de passage, sur la route des cols alpins, baigné par le Léman, tantôt trait d’union, tantôt frontière. Il est marqué par la culture romaine, par la construction du duché de Savoie, par les guerres de religions, par l’affirmation des Etats-nations. Cette exposition explorera le territoire comme lieu de passage et d’influences à travers les époques.

Des cultures celtes en contact avec des régions lointaines au Grand Genève en passant par la romanisation ou l’annexion à la France, un comité scientifique pluridisciplinaire mettra en perspective les collections du musée et les problématiques contemporaines.

Voir l'image en grand

Des collections mieux conservées et mieux valorisées

Parallèlement au château et à ses expositions, le projet prévoit la réalisation de réserves adaptées pour les collections des musées (musée du Chablais et écomusée de la pêche et du lac).

Le déménagement sera préparé par une phase importante de chantier et de récolement* des collections.

Le musée poursuivra sa politique d’acquisition, d’études, de restauration et d’édition des collections en lien avec les projets muséographiques. Il développera parallèlement sa présence sur Internet par la présence des objets sur des bases de données nationales et une communication solide sur les réseauxsociaux notamment.


*Le récolement est une obligation de la loi musée de France. Il consiste en une vérification de l’inventaire tous les dix ans.

Thonon-les-Bains
Thonon-les-Bains Mairie de Thonon-les-Bains
Place de l'Hôtel de Ville
CS 20517
74203 Thonon-les-Bains Cedex
Carte

Thonon-les-Bains Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30.
Permanence de l'état-civil le samedi de 9h à 12h.
Tel 04 50 70 69 68 Fax 04 50 70 69 54 mairie@ville-thonon.fr
Urgence technique au 04 50 71 49 00 en dehors des horaires d'accueil